51u2ga10

Lecture en partenariat avec Men over the Rainbow que je remercie pour sa confiance et ce service presse !

 

Titre : En l'absence de lumière

Auteur : Adrienne Wilder

Genre : M/M, Sentimental / Romance

Date de parution : 26 juillet 2016

Editeur : Men Over the Rainbow

 

RésuméPendant des années, Grant Kessler a fait de la contrebande de marchandises d’un bout du monde à l’autre. Quand les affaires prennent une direction que Grant n’est pas prêt à suivre, il décide de se retirer et, selon les apparences, il s’installe dans une ville perdue au milieu de nulle part, appelée Durstrand. Mais son véritable plan est d’attendre quelques années et de laisser le FBI perdre tout intérêt à son égard, puis de passer à l’autre côte, dont il a toujours rêvé. 

Atteint d’autisme sévère, Morgan ne peut pas regarder les gens dans les yeux, parle de la gauche pour la droite et a des tics incontrôlables. Pourtant, il a vaincu chaque obstacle que la vie a mis sur son chemin. Et quand Grant Kessler emménage en ville, Morgan ne se montre pas timide en lui faisant savoir à quel point il le veut. 

Alors que l’attirance est réciproque, Grant repousse Morgan. Comme le reste du monde, il ne peut pas voir au-delà des comportements bizarres de Morgan. 

Puis Morgan montre à Grant comment la lumière permet de voir, mais le laisse également aveugle. Et une fois que Grant ouvre les yeux, il perd son cœur en faveur de l’énigme que l’homme représente et qui change le cours de sa vie.

 

Ma note : 5/6

Ma Chronique :" Intense"...Ce livre est profondément intense.

C'est l'histoire de Grant, car pour moi c'est lui le héros de ce roman. Il a 36 ans, est un trafiquant d'oeuvres d'art, et même si il a certains codes de conduite, il reste un criminel. La tournure que prend le milieu, et surtout ses démêlés avec le FBI, lui font prendre la décision de ce mettre au vert pendant quelque temps. Pour ensuite réaliser son rêve : vivre au bord de la mer.

Il décide de s'installer à Durstrand, une petite ville rurale où tout le monde se connaît, et où un éleveur a installé un cinéma en plein air pour faire plaisir à ses vaches. Il y rencontre Morgan, un jeune autiste, magnifique, qui le fascine. 

Je ne saurais pas vous décrire Morgan, à part qu'il est beau, extrêmement volontaire, fier et courageux. Rien n'ébranle jamais cet homme. C'est comme si l'auteur avait voulu nous faire sentir son autisme, il était là sans être là. Je n'ai pas ressenti Morgan, aucun de ses sentiments, peut-être de la détresse aux moments difficiles, mais c'était rare de pouvoir entrer dans sa tête.

J'ai adoré comment l'auteure prouve que les préjugés de Grant l'empêchent de voir réellement Morgan. Il va se rebeller contre son attirance, se dégoûter, jusqu'à ce qu'il se rende compte que celui qui l'obsède n'est qu'un jeune homme normal avec quelques tics. Il y a des passages magnifiques, comme cette leçon sur la lumière qui parle.

Par contre je ne me suis pas attachée au personnage de Morgan, au contraire de Grant que j'ai adoré. Pour moi Morgan, dans la plus grande partie du livre, est un jeune homme comme les autres (avec des tics nerveux), mais surtout obsédé sexuel, je n'en pouvais plus des scènes de sexe. Toutes plus bizarres les unes que les autres. Sans parler de la première qui m'a laissé vraiment mal à l'aise. Les sentiments m'ont manqués et l'ambiance était malsaine. Alors oui je comprend l'idée de l'auteure de prouver qu'il ne faut pas se fier aux apparences, et que ce n'est pas forcément le plus faible qui l'est. Mais elle m'a dérangée. J'ai du faire plusieurs pauses dans ma lecture. J'ai même lu un autre livre entre temps. 

La dernière partie du roman est plus intense, et prenante, impossible de lâcher ma lecture, même pour dormir. L'ambiance avec le FBI, la trame, tout était génial. Par contre, la fin est trop rapide  et m'a gâché mon plaisir, je m'attendais à autre chose. C'est comme si l'auteur s'était dit : allez hop, qu'on en finisse, tout est bien qui fini bien.

Le point positif, celui qui fait que je n'oublierais jamais ce livre ( et que je le relirais sûrement), c'est les déclarations d'amour que Grant fait à Morgan. Les plus belles que je n'ai jamais lues, et pourtant j'en ai lu des déclarations, mais celles-là étaient MAGNIFIQUES.

Donc voilà, je tire mon chapeau à l'auteur pour cette intrusion, très réussie, dans le monde de l'autisme. L'écriture est belle, fluide. Les descriptions parfaites, j'avais l'impression d'être à Durstand. Comme je l'ai dis les mots employés pour exprimer les sentiments sont au delà de tout ce que j'ai pu lire. Vraiment une magnifique plume. 

Je note de 1 à 5 suivant la présence ou non.
Sentiments Violence Humour Sexe Style de L'écriture Fautes/coquilles

       5              4           2         5              5                        1

*Valérie Betty*

Lien Amazon pour En l'absence de lumière