Les liens du sang

 

Je remercie Jeremy Henry pour sa confiance et ce service presse !

 

Titre : Les Liens du Sang

Auteur : Jeremy Henry

Genre : MM,romance gay et sentimentale, Yakuzas, Japon

Date de parution : 25 mars 2016

Editeur : Auto-édition

 

Résumé : Cette duologie raconte l’histoire de deux demi-frères appartenant à un même clan yakuza. 
Le premier, Hajime, va devoir faire face à un avenir qui n’était pas le sien. 
Un flic honnête bascule du mauvais côté pour venger la mort injuste d’un être aimé. Quand il rencontre Hajime, le destin se met en marche, les forçant à trouver les douloureuses vérités qui les libéreront. 
Le second, Jirô, va devoir se reconstruire après avoir tout perdu. 
C’est l’histoire d’une promesse… celle d’un amour infini. Mais c’est aussi l’histoire d’un amour désespéré que le destin malmènera et fera tout pour empêcher. Enfin, c’est l’histoire de Fujiwara Jirô et Kondô Wataru. 

 

Ma Note : 5,5 / 6

Ma Chronique : Ce livre est séparé en 2 tomes qui sont liés par leur histoire commune et imbriquée à la perfection.

 

Cambrioler la maison d'un chef de clan Yakuza n'est pas une des plus grandes idées que Atsuji a eu depuis longtemps. Mais il est à la recherche de la preuve ultime permettant de venger l'assassinat de sa cousine. Cependant la vie est semée d'imprévue et il en paie le prix. Toutefois son sang froid lui permet d'y faire face.

Quand il se rend compte de son erreur, le cambriolage prend une tournure bien différente, plus lubrique, inopinée. Il peut refuser l'opportunité que lui offre Hajime même si celle-ci doit lui coûter une contre-partie. En outre, cette possibilité inespérée lance sa mission d'infiltration qui peut débuter, ainsi que sa cohabitation avec cet homme attirant.

 

Dès le début c'est palpitant, intense. La relation qui s'installe entre les deux hommes est au départ imposée pour Asutji puis des sentiments apparaissent agrémentés de respect envers Hajime. Cet homme viril est impressionnant, parfois effrayant, envoûtant. Il est depuis quelques temps blasé par ses aventures et sa rencontre avec Asutji le divertit à point nommé. Il est aussi le neveu du chef de clan Yakuza dans lequel le flic veut s'infiltrer mais n'a aucune relation, implication de près ou de loin avec le clan.

Dans cette liaison, Asutji ment à Hajime et à lui-même ce qu'il a de plus en plus de mal à gérer vu l'ampleur que prenne ses sentiments.

Il mène l'enquête tant bien que mal, apprend des bribes d'informations au gré de ses discussions. Les aubaines arrivent enfin mais l'allure en est tout autre, plus radicale.

Le récit s'accélère, prend de l'ampleur rapidement, la montée d'adrénaline se sent, happe le lecteur. C'est entraînant, Jeremy Henry nous tient en haleine. De plus, la colère, le désir de vengeance s'emparent d'Asutji lorsqu'il est enfin proche de la vérité, c'est alors que tout bascule... Hajime embrasse enfin le destin qui est le sien. C'est éprouvant, révélateur de sa véritable nature. Et pour moi, ce fut très surprenant et j'ai adoré cette partie.

La froideur qui se dégage à certains instants de ce récit est oppressant, c'est émotionnellement chargé en intensité, en tendresse, en mensonges, en alchimie des corps et d'érotisme.

Les dialogues sont emplis d'émotions et quand la vérité éclate enfin sur le passé, je dis bravo à l'auteur. J'ai été prise dans un tourbillon poignant de révélations.

J'ai aussi beaucoup apprécié que Camille et Jun les personnages de "Comme un oiseau" se fondent dans ce livre qui est totalement addictif, avec de l'action, des rebondissements attrayants, des protagonistes très intéressants et un monde de Yakuza toujours aussi attirant.

La fin du tome 1 est magnifique, la construction du récit est sublime. L'auteur allie tristesse, rage, rancoeur, renaissance et joie de manière fabuleuse.

 

Le tome 2 est concentré sur Jirô le demi-frère d'Hajime qui est également très présent dans le tome précédent.

 

Se réveiller dans le lit de son ami, la tête embrumée de doutes au petit matin après une soirée bien arrosée. Jirô est troublé, reste dans l'incompréhension. Et les changements dans l'attitude de Wataru le perturbent quelque peu, Une mise au point est nécessaire. A contrario, il est loin d'être prêt à entendre les révélations de son collègue sur cette nuit de débauche.

Depuis les bouleversements qui se sont opérés dans la vie d'Hajime et qui ont eu des répercutions sur la sienne. Les modifications dans son existence lui conviennent, l'évolution que cela a apporté, son éloignement du clan, sa liberté de mouvements retrouvée.

Face à Wataru, il refuse de voir ou même de comprendre l'évidence, c'est plus facile de nier en bloc plutôt que de l'affronter.

Pourtant, il ressent du remord, du chagrin face à ses agissements, il nage en pleine confusion. La lutte est acharnée. Toutefois, dans un choix désespéré il est prêt à choisir le clan.

Wataru quant à lui, désire se battre pour ce lien qui s'est créé et qu'il a mis tant de temps à tisser. L'amnésie de Jirô l'a d'abord anéanti. Il a décidé d'y faire face malgré tout, à force de persuasion. 

Quand survient l'impensable, les événements deviennent palpitants. Jirô est tiraillé par un incommensurable manque , ses réactions, ses prises de décisions sont enfin mises en avant, lui l'assisté, materné depuis des lustres.

C'est un cauchemar éveillé que Jeremy Henry fait vivre à ses personnages ! J'ai grincé des dents, j'en ai voulu à la destinée de faire subir de telles choses au moment propice du rapprochement de Wataru et Jirô.

C'est une histoire de famille difficile, un passé lourd et laborieux, un amour fraternel qui a su se construire avec le temps et les obstacles. Surmonter les différences, se battre pour ses envies et ses désirs.

Avec la présence d'un humour caractéristique de l'auteur sous lequel je suis totalement sous le charme !

A dévorer bien entendu !

 

*Karine*

 

Lien Amazon pour Les liens du Sang